Marée populaire du samedi 26 mai : à Chambéry, 10h30, place de l’Hôtel-de-Ville


La marche du 26 mai est une première. La convergence des organisations syndicales – CGT, Solidaires, FSU, UNEF, SAF, Syndicat de la magistrature –, des associations et mouvements – ATTAC, Copernic, Droit au logement, Collectif pour les droits des femmes… – et des partis politiques est en effet pour le moins inédite. C’est l’expression d’une profonde aspiration à l’unité de celles et ceux qui n’en peuvent plus de voir Macron dérouler ses contre-réformes libérales les unes après les autres.

L’unité qui s’est réalisée au plan national doit désormais se concrétiser partout dans les villes et régions, sans exclusive, sans tentative d’appropriation ou de préséance : c’est la condition pour préparer les manifestations les plus massives possibles et faire de la journée du 26 mai un succès incontournable. A Chambéry, la manifestation se rassemblera à 10h30 place de l’Hôtel-de-Ville et terminera au Biollay, où aura lieu un repas festif suivi d’un débat militant.

Certes, nous le savons bien, la seule journée du 26, quand bien même elle serait une réussite, ne suffira pas à faire céder le gouvernement dont le mépris et l’arrogance se confirment semaine après semaine. Mais nous avons besoin d’un succès, d’une démonstration de notre force, de notre nombre, de notre unité. De ce point de vue, cette échéance, si elle ne remplace pas la mobilisation de chacun des secteurs, la grève, l’auto-organisation, ne s’y oppose pas et, bien au contraire, ne peut que les renforcer. Tout particulièrement, elle doit permettre de revivifier tous les cadres militants de soutien aux cheminotEs, car l’issue du combat contre la privatisation de la SNCF reste décisive pour le rapport de force global entre les travailleurs et travailleuse et le gouvernement et le patronat.