Contre l’état d’urgence permanent : rassemblement lundi 11/09, 18h, à la préfecture

Pour imposer leurs politiques de reculs sociaux, les gouvernements accompagnent leurs mesures libérales d’un renforcement de l’appareil répressif. Dans le monde entier, les libertés reculent, les violences policières s’accroissent : au prétexte de lutte contre le terrorisme ou la délinquance, les Etats se dotent de moyens d’exception afin de criminaliser les résistances à leurs politiques de casse.

Tel est le cas en France, où la répression n’a cessé ces dernières années d’aller croissant. Les militant-e-s font l’objet de poursuites judiciaires, le droit de manifester est remis en cause et la police a considérablement élevé son niveau de violence dans les manifestations. Cette violence de l’Etat s’est particulièrement manifesté en France, avec la mise en place de l’Etat d’urgence qui a été massivement utilisé contre le mouvement social.

A son arrivée au pouvoir, Macron a annoncé qu’il arrêterait de renouveler l’Etat d’urgence, dont les mesures seraient pérennisés dans une loi qui est en discussion au Parlement. Cette loi légalise les mesures d’exception prises ces dernières années, autrement dit diminue le contrôle judiciaire pour donner carte blanche.

C’est pourquoi, dans le cadre d’un appel national de refus de la pérennisation de l’Etat d’urgence, le collectif savoyard contre la répression (AetA, ATTAC, CGT, Ensemble !, FSU, LDH, NPA, PCF, PCOF, PG) appelle à un rassemblement le lundi 11 septembre, à 18h, devant la préfecture (place Caffe).