Mardi 14 mars, 18h30, Philippe Poutou à Chambéry, salle festive de Mérande

Il y a… François et Pénélope, et leurs emplois fictifs à 1 million d’euros. Macron fortement suspecté d’avoir détourné l’argent de Bercy pour financer son mouvement, ou Marine Le Pen accusée par le parlement européen d’avoir elle aussi employé fictivement ses acolytes. Et des médias possédés par ceux dont ils défendent les intérêts, Lagardère, Bernard Arnaud et tous les autres.

Et puis il y a… nos vies à tou.te.s, étudiant.e.s, salarié.e.s, chômeur.se.s, toujours poussé.e.s à plus de compétition, de compétitivité, de concurrence, à supporter les horaires impossibles, la souffrance et le harcèlement au travail, les logements indécents et les fins de mois trop longues.

Il y a... Théo, Adama, Amine Bentounsi, Ali Ziri, Zyed, Bouna, tous ceux et toutes celles dont le nom a été inscrit sur la liste morbide des crimes racistes de la police française sur le sol hexagonal. Ceux et celles qui, lorsqu’ils relèvent la tête, se voient mettre en garde-à-vue et condamner immédiatement.

Il y a… des présidentielles qui voudraient nous museler, au profit de leurs promesses jamais tenues, entre anciens Ministres qui osent se présenter comme des nouveaux-venus. Des présidentielles qui ne seront pas les mêmes si elles ne se jouent qu’entre les élites habituelles, ou si l’on arrive à y imposer notre voix. Des présidentielles pendant lesquelles il nous faut préparer le troisième tour social, contre les attaques à venir.

C’est pourquoi nous voulons qu’il y ait… celui qui n’a même pas l’occasion de vouloir embaucher fictivement sa famille, celui qui travaille à la chaîne pour payer son loyer, Philippe Poutou, ouvrier et anticapitaliste, qui appartient à cette majorité sociale à laquelle nous proposons une politique de résistance, de lutte pour une société sans exploitation ni oppression. Et qui pour toutes ces raisons, est confronté aux barrières d’un système qui n’accepte que ses semblables.

Alors il y a… une campagne anticapitaliste et révolutionnaire, qui ce mardi 14 mars amènera Philippe Poutou, candidat du NPA, à tenir une réunion publique à Chambéry, à 18h30, salle festive de Mérande dans toute la région parisienne, au côté d’autres travailleur.se.s, jeunes, figures de lutte, pour faire entendre le cri de nos colères, pour s’organiser pour les batailles futures.