Jeudi 2 Mars, 20H30, « LIQUIDATION », un film de Mourad LAFFITTE, à l’Astrée

Le Collectif Savoyard contre la Répression (Alternatives et Autogestion, Attac, CGT, CNT, Ensemble !, Fédération Anarchiste, FSU, Ligue des Droits de l’Homme, MJCF, NPA, PCF, PCOF, PG, Solidaires) vous propose d’assister à la projection du film "Liquidation" qui aura lieu le jeudi 2 mars, à 20h30, à l’Astrée (boulevard du théâtre à Chambéry).

Au milieu des années 2000, la direction de Goodyear, qui réalise des profits colossaux, veut gagner davantage : elle décide de fermer le site de production d’Amiens, mettant 1 200 salariés sur le carreau. Ce n’est pas un problème pour la multinationale… Mais ça ne se passera pas aussi facilement que prévu ! Les salariés de Goodyear Amiens, avec leur syndicat et leur comité d’entreprise, vont mener une lutte de longue haleine qui va retarder de plusieurs années la fermeture du site. La direction ne reculera pourtant devant aucun moyen : intimidation, sanctions, vigiles omniprésents, rien n’y fera, la lutte continuera. Après une ultime provocation, 8 syndicalistes seront poursuivis pour séquestration et écoperont de 2 ans de prison pour avoir défendu leur emploi !

Goodyear retirera sa plainte, mais le Procureur poursuivra, et des Juges oseront condamner des syndicalistes à deux ans de prison, dont 9 mois ferme, et 5 ans de mise à l’épreuve ! Quelques mois plus tard, des dizaines de syndicalistes qui se sont opposés à la loi EL KHOMRI seront placés en garde à vue, traînés devant les tribunaux, ou sanctionnés par leur entreprise.

Durant 9 ans, Mourad LAFFITTE a été présent aux côtés des salariés en lutte. Il a réalisé des centaines d’heures d’images et d’interview et plus de 10 000 photos dont il a tiré un film, qui montre le cynisme et l’arrogance d’une multinationale qui n’hésite pas à anéantir la vie de 1 200 salariés, dans le seul but d’accroître ses profits. C’est ce film choc que nous vous proposons de voir au cours d’une soirée militante qui se terminera par un débat sur la répression qui s’abat aujourd’hui sur toute la société et en particulier sur les militant-e-s du mouvement ouvrier.